Prix philatélique

Le "Prix philatélique de l'Académie de philatélie" a été créé lors de la réunion du Comité de direction du 8 mai 2001.

Il est décerné à une collection (quelle que soit sa classe de participation, y compris "jeunesse") présentée lors de l'Exposition Nationale. Bien évidemment les présentations des membres de l'Académie sont exclues.

Il a été attribué pour la première fois dans le cadre du Congrès de Tours de juin 2001.

Il s'agit bien plus d'un "coup de cœur" que d'une compétition, et le jugement est indépendant des critères de compétition.

Fonctionnement

  • tous les membres de l'Académie qui ne sont pas jurés nationaux ou internationaux lors de l'exposition (afin qu'il n'y ait aucune interférence possible sur les décisions) peuvent participer à la sélection des présentations ;
  • ils mentionnent (par ordre de préférence) les cinq (maximum) collections qui les ont séduits ;
  • ils remettent leur bulletin (nominatif) avant une heure fixée à l'avance ;
  • les bulletins sont ensuite dépouillés et comptabilisés par une commission de trois membres de l'Académie ;
  • cette commission examine ensuite les collections ayant obtenu le plus de suffrages ;
  • elle désigne enfin, si elle le juge nécessaire, le (ou les) lauréat(s) ;
  • la décision de la Commission est sans appel.

Le "Prix Philatélique de l'Académie" est annoncé pendant la manifestation et remis durant une réunion ultérieure de l'Académie sous la forme d'une médaille.

L'Académie de philatélie ne se fait aucune obligation de décerner son Prix philatélique chaque année, si la qualité des collections exposées ne correspond pas aux critères qu'elle s'est fixée ou si le nombre d'académiciens présent est insuffisant

Tous les récipiendaires

Année
Auteur(s)
Titre
2018
Francis FAURES
Enveloppes à trou
2017
Non attribué
 
2016
Non attribué
 
2015
Non attribué
 
2014
Olivier Stocker
Timbres au type Blanc
2013
Laurent Baudin
Conséquences postales de la rébellion Boxer
2012
Dominique Hardy*
Les papiers d'affaires et de commerce jusqu'au XIXe siècle dans le régime intérieur
2011
Non attribué
 
2010
Claude Désarménien
Le type Pasteur : France et pays sous mandat
2009
Non attribué
 
2008
Jacques Bonnet
L'Atlantique Sud - La ligne du Brésil à La Plata - Les paquebots : 1860-1876
2007
Daniel Georgel
Lettres de France à destination de l'étranger (1854-1863)
2006
Alain Trinquier *
Les tarifs de la lettre territoriale en France de 1792 à 1848
2005
Antoine de Loisy
La colonisation du Tonkin au XIXe siècle
2004
Non attribué
 
2003
Jean-Jacques Labonne
Les oblitérations typographiques des journaux.
2002
Jean Renard
Maurice Durrieu
La Marianne de Béquet, témoin de l'évolution de la poste
L'île Bourbon ou île de la Réunion
2001
Guido Muller
Les types Sage et Chaplain sur le courrier pneumatique de Paris (1879-1946)

L'attribution de juin 2018 (Paris-Porte de Versailles)

L'Académie a décerné son prix à M. Francis Faures pour sa collection « Les enveloppes à trou ». L'originalité du sujet et un ensemble étonnant ont largement emporté les suffrages des membres de l'Académie avec une participation très au-delà du minimum requis. Pour accéder à un résumé fourni par l'auteur, cliquez ici.

Le prix a été remis le samedi après-midi 10 novembre durant notre séance publique au salon de la CNEP. M Faures a fait un court exposé de sa collection.

La onzième attribution (Paris-Vincennes, juin 2014)

Elle a eu lieu à l'occasion du "Championnat de France de philatélie" tenu dans le cadre de "Planète timbres 2014" au Parc floral de Paris du 14 au 22 juin 2014. Ce prix a été décerné à Monsieur Olivier Stocker pour "Timbres au type Blanc".

La remise de la médaille de l'Académie

Elle a eu lieu lors de la réunion de l'Académie de novembre 2015.

Un extrait de la participation primée (texte de l'auteur)
Carte postale et feuille complète de la Poste Enfantine

Les Blanc, premiers timbres abordables pour le collectionneur en culotte courte....
Comme beaucoup de collectionneurs, j'ai reçu de mon père une petite collection de timbres. Une collection de France, avec principalement des oblitérés et quelques neufs. Apres avoir joué quelque temps avec ces timbres et les avoir organisés dans un album, j'ai décidé à l'âge de onze ans de me spécialiser sur un timbre ou une émission.
N'ayant pas de moyens financiers importants à ma disposition, il me fallait choisir une émission dont les prix seraient aussi sages que moi.... Les émissions du 19e siècle étaient bien évidemment hors de portée. Nous étions en 1977, et la monographie sur les timbres au Type Blanc, de Jean Storch et Robert Françon attira mon attention. Je découvris de petites valeurs, encore « fraîches » car retirées de la circulation seulement quarante cinq ans auparavant. Mes premiers achats se firent à 1 centime de franc le timbre....

Aujourd'hui bien sûr, le passage du temps a fait son effet, et cette émission maintenant plus que centenaire a acquis ses lettres de noblesse de part sa richesse et sa diversité.
Au fil de ma carrière professionnelle qui m'a emmené à plusieurs reprises loin de France, je n'ai jamais abandonné cette déesse qui incarne si bien pour moi l'idéal républicain de notre pays. Elle ne semble pas être dogmatique, mais au contraire, un peu espiègle avec ses putti (le nom artistique plus juste que «angelots»). Elle a inspiré l'enfant que j'étais, et l'adulte que je suis.

La collection de toute une vie....
Cette collection, qui m'a accompagné toute ma vie, dans la plupart de mes séjours à l'étranger au fil de ma carrière, est vraiment l'accomplissement d'un rêve d'enfant. Prendre un petit timbre de France, dont la série inclut la plus petite valeur faciale jamais émise, et construire la collection la plus aboutie jamais constituée sur le sujet, me plaisait, comme une partie de Jeu de l'Oie pleine de rebondissements.
Comme les jeux de sociétés pour enfants je crois être arrivé sur la dernière case, au bout de ce rêve....ou presque !

.... Qui réunit le plus grand nombre de pièces uniques jamais atteint,
depuis le Concours de 1893, jusqu'aux dernières utilisations postales de 1932 :
C'est un plaisir pour moi de présenter cette collection qui à mon avis contient la vingtaine de pièces les plus importantes de cette monographie dont une grande parties sont uniques. De l'avis de beaucoup, jamais autant de pièces uniques ou connues à quelques exemplaires n'ont été réunies en une seule main.

Projets non retenus du Concours

Seul Colis Postal connu avec des Blanc Préoblitérés - Liquidation du stock restant en 1932

Bien que je collectionne tout ce qui a trait au type Blanc : France, Millésimes, Entiers Postaux (toutes les dates), Coins Datés (les deux galvanos de chaque journée sur l'ensemble du tirage !) bureaux français à l'étranger, territoires occupés, territoires sous mandat... Le choix du traitement a été de se concentrer sur les timbres de France en incluant tous ses aspects, et d'illustrer chaque valeur par une utilisation postale la plus extraordinaire possible.

Ticket de métro au tarif de 5c des imprimés non-périodiques du 1er Mai 1878

Le fil de la collection nous conduira ainsi du concours de 1893, à l'épreuve d'état du poinçon de Joseph Blanc, puis aux épreuves des gravures sur buis puis cuivre, aux épreuves chiffrées avec évidemment l'épreuve collective pour terminer par les blocs non dentelés « fleur de tirage » de 1900. La genèse du timbre est l'une des parties qui m'a le plus passionné et ou la sélection a été la plus cruelle.

Épreuve d'état issue de l'archive personnelle de Paul Joseph Blanc dispersée lors de la vente de son atelier en 1905, connu sous le nom de « poincon archaique ».

Seule pièce connue de la monographie avec les trois types se tenant :
Isolé au type 2 case 36 dans une feuille 1b de 1925, avec l'isolé habituel au type 1a case 46

...et couvre l'intégralité de l'émission en France métropolitaine
Vient ensuite l'impression à plat avec toutes les variétés importantes incluant les doubles impressions sur toutes les valeurs à l'exception du 4 centimes. L'impression sur rotative avec le très rare isolé du type I sur le 5 centimes qui fait l'objet d'une étude particulière présentant les trois pièces majeures (demi-feuille, seul sur lettre, et plus grand bloc connu sur lettre). Les surcharges viennent compléter ce panorama, avec le ½ centime surcharge renversée en bloc de quatre avec manchette GC et la rarissime double surcharge (les deux seuls exemplaires connus sont d'ailleurs dans la collection et tous deux oblitérés d'Ille et Vilaine en 1922) et les surcharges des Cours Pratiques en bloc de quatre millésimés entre autres. L'étude inclut également les, parfois controversés, essais de surcharge de la Première Guerre Mondiale, qui ont besoin d'être réhabilités quelque peu, grâce à une nouvelle découverte présentée pour la première fois. Elle se termine avec les grandes variétés de surcharges des préoblitérés, déplacées, partielles, renversées, ou verdâtres avec le seul coin daté existant et permettant de dater cette variété.

Une des deux pièces connues de la double surcharge

Sur papier jaune Millésime 6 de 1906 - Unique . Impression sur papier teinté, signalé dès 1907 par Maury

Seul bloc de le surcharge renversée avec millésime et manchette GC

La dixième attribution (Amiens, mai 2013)

Elle a eu lieu à l'occasion du "Championnat de France de philatélie" tenu dans le cadre du "Championnat de France de philatélie" tenu à Amiens du 17 au 20 mai 2013. Ce prix a été décerné à Monsieur Laurent Baudin pour "Conséquences postales de la rébellion Boxer".

La remise de la médaille de l'Académie

Elle a eu lieu lors de notre réunion mensuelle du 9 novembre 2013.

 

Un extrait de la participation primée (texte de l'auteur)

1900, à l'aube d'un nouveau siècle, la Chine par l'intermédiaire de la révolte des « boxers » doit faire face à la coalition de six nations européennes, des États-Unis d'Amérique et du Japon. Des troupes prélevées aux colonies, Indochine pour la France, Indes pour la Grande-Bretagne et Philippines pour les États-Unis d'Amérique ainsi que des troupes métropolitaines emportent avec elles leurs propres organisations postales. Les marques postales utilisées sont variées, timbres à date du « corps expéditionnaire du Tonkin » des lignes maritimes françaises, timbres à date de la marine de guerre ou des paquebots transportant les troupes allemandes. Sur place, au « Petchili », province chinoise en rébellion, furent exploitées aussi bien dans un premier temps des oblitérations provisoires réalisées pour la poste allemande par des coolies chinois comme pour Pékin ou Tongku (port à l'embouchure du Pei-Ho) que des oblitérations civiles plus anciennes, déjà en service dans les concessions russes ou japonaises de Tientsin par exemple, puis des nouvelles comme celles de Yangtsun ou de Tungchow pour la poste militaire. Enfin, les postes militaires française, allemande et britannique emportèrent avec elles un ensemble d'oblitérations spécifiques à numéro, avec pour libellé : Trésor et Postes, Chine pour la France, K. D. (Kaiserliche Deutsche) Feldpoststation pour l'Allemagne et F.P.O. (Field Post Office) pour les troupes de l'Empire britannique. Il est difficile de toutes les décrire sans réaliser un catalogue, mais il existe un certain nombre d'ouvrages, d'articles ou de sites Internet permettant de se faire une idée. Pour l'anecdote, on a longtemps cherché à savoir d'où venait l'oblitération bleue « Correspondances des Armées » frappée uniquement pour cette campagne, des hypothèses la situait à Pékin ou à Tientsin, elle était en fait de Djibouti au passage des troupes pour la Chine.

a) Courrier d'un commerçant chinois du 20 avril 1901 adressé à l'entreprise Hefong à Lanxi (province du Tché-Kiang), transit au verso par Hang-Tchéou le 26 avril 1901.Affranchissement à ½ penny surchargé C.E.F. « China Expeditionary Force » et oblitéré du Field Post Office n°4 de la station ferroviaire avancée de Tientsin.Supplément d'affranchissement de 5 cents au profit de la « British Railway Administration » avec surcharge renversée sur timbre chinois à ½ cent et oblitération du bureau postal ferroviaire de Shanhaikwan (terminus de la ligne de chemin de fer vers à la frontière de la Mandchourie).Utilisation qui permet l'ouverture aux courriers civils mais abandonnée rapidement (entre le 20 avril et le 20 mai 1901) dû à l'insuccès de ce tarif prohibitif.
(b) Courrier pour « Karikomi Saheita, régiment de cavalerie à Tientsin » affranchi à 3 sen. Arrivé à Tientsin le 24 mars 1902, timbre à date Tientsin I.J.P.O. (Imperial Japanese Post Office), étiquette de réexpédition et timbre à date d'arrivée à Tientsin I.J.P.A. (Imperial Japanese Postal Agency), bureau ouvert le 1er juillet 1901 situé à Tzu-Chu-Lin, quartier de Tientsin proche du fleuve Pei-Ho, point d'embarquement du courrier par le vapeur postal japonais.
c) Entier carte postale à 1 cent des États-Unis d'Amérique utilisé en Chine et adressé à Berlin (Allemagne), oblitéré du bureau militaire postal américain de Taku. Au départ de Tientsin avec timbre à date allemand « K.D. FELDPOSTEXEP. DES OSTASIATISCHEN EXPEDITIONSCORPS », marque de transit de l'ambulant allemand de la ligne entre Péking et Taku « KAISERLICH DEUTSCHE BAHNPOST *** PEKING TAKU », utilisé uniquement entre le 18 décembre 1900 et le 15 février 1901.
d) Lettre d'un marin de la « Division Navale de l'Extrême-Orient », probablement de la canonnière le « Lion », affranchie à 10 cents de la poste impériale chinoise avec deux timbres à 5 cents et oblitération de Taku le 15 juin 1900, correspondant au parcours de la lettre sur le territoire chinois ; la Chine n'appartenant pas à l'Union Postale Universelle à cette époque. Cachet à date de transit au verso de la poste impériale chinoise à Shanghai le 19 juin 1900 et transfert à la poste française de Shanghai le 22 juin 1900, oblitération sur type « Sage » de Chine pour le trajet jusqu'à destination (la franchise postale militaire n'ayant été accordée que par le décret du 24 juillet 1900).

La prise de Taku et les débuts de la guerre avec la Chine.
Le 15 juin 1900, les commandants des escadres occidentales se réunissent en conseil de guerre sous la présidence du vice-amiral russe Hiltebrandt. Le soir même, 300 marins japonais débarquent et occupent la gare ; rejoints le 16 par 250 Anglais, 180 Russes, 120 Allemands et quelques petits détachements des autres nations sous les ordres du capitaine de vaisseau allemand Pohl.
Le même jour, les amiraux adressent un ultimatum au vice-roi de Tientsin pour l'évacuation des forts de Taku.
Le 17, à une heure du matin, sans déclaration, les canons des forts chinois de Taku bombardent violemment les 10 canonnières étrangères présentes à l'embouchure du Pei-Ho, dont le « Lion », seule canonnière française. Les canonnières répliquent et débarquent des troupes qui montent à l'assaut des forts. Les combats cessent à la fuite des réguliers chinois.
Le 19, le Tsong-Li-Yamen (l'office des affaires étrangères chinois) avec à sa tête le prince Toan déclare la guerre aux puissances étrangères. Source : La guerre des Boxers (1900-1901), Tseu-Hi évite le pire, Raymond BOURGERIE, Pierre LESOUEF, édition « Ecoomica », 1998.

e) Franchise postale d'un militaire du 2e bataillon du régiment de Zouaves de marche, parti d'Oran le 6 septembre 1900 à bord du “ Pei-Ho ”.
Timbre à date CORRESPONDANCE DES ARMEES utilisé uniquement pour cette campagne entre août et septembre 1900 puis de façon tardive en juillet 1901, longtemps considéré comme frappé en Chine mais a été en fait marqué à l'escale des navires à Djibouti.

La neuvième attribution (Paris-Vincennes, juin 2012)

Elle a eu lieu à l'occasion du "Championnat de France de philatélie" tenu dans le cadre de "Planète timbres 2012" au Parc floral de Paris du 12 au 20 juin 2012. Ce prix a été décerné à Monsieur Dominique Hardy pour "Les papiers d'affaires et de commerce jusqu'au XIXe siècle dans le régime intérieur".

La remise de la médaille de l'Académie

Elle a eu lieu lors de notre réunion mensuelle du 10 novembre 2012.

Un extrait de la participation primée

(texte de l'auteur)

L'envie de réaliser cette collection est venue lors d'une conférence d'un des membres de l'Académie sur des correspondances au type Merson. De nombreux plis étaient au tarif des papiers d'affaires avec annotations, et c'est ce tarif particulier qui aiguisa ma curiosité.
Bien avant la création par la poste d'un tarif spécifique aux papiers d'affaires par la loi du 25 juin 1856 applicable le 1er août 1856, les notaires et hommes de loi, principalement, envoyaient des documents en apportant la mention « papiers d'affaires ».

Lettre de ¾ d'once ½ du 22 juin 1773, avec mention « papiers d'affaires », de Saint-Étienne à Lyon, marque linéaire « St ETIENNE EN FZ », (Saint-Etienne en Forez) taxée 14 sols au tarif de 1759 entre villes de province pour une distance de moins de 20 lieues. (¾ d'once ½ (de ¼ d'once) soit 3/4 d'once et un gros.Le tarif est de 16 sols par once, ¾ d'once + ½ d'¼ d'once font 14 sols.

Ce tarif est très particulier, en effet son prix du 1er échelon, passa de 50 c en 1856 à 5 c au 1er janvier 1876. Un tarif divisé par 10 en 20 ans, il n'y en a pas d'autres, même si le poids du 1er échelon a été également divisé par 10, passant de 500 g à 50 g.

Envoi sous bande de papiers d'affaires de Veules pour Evreux du 3 août 1868, t à d type 22, tarif du 1er août 1856, 1er échelon de poids.
Envoi sous bande de Brest pour Kerlouan du 27 janvier 1872 de papiers d'affaires, cachet d'arrivée de Lesneven du 28 janvier 1872, bureau de rattachement de Kerlouan. Affranchissement à 60 c pour un envoi au 4e échelon de poids, entre 150 et 200 g, au tarif du 1er septembre 1871. (Pli réduit pour la reproduction)

Une taxe fixe complémentaire de 20 c pour l'addition de notes manuscrites apparut en juin 1859.

Envoi sous bande de Saint-Alban-sur-Limagnole du 15 janvier 1866 pour Marvejols, passée par Serverette, bureau de direction, puis Mende le même jour. Mention manuscrite « papiers pour affaires avec une note explicative ».50 c (1er échelon) + 20 c (pour annotations) = 70 c.(Une des premières dates connues).

La huitième attribution (Paris-Vincennes, juin 2010)

Elle a eu lieu à l'occasion du "Championnat de France de philatélie" tenu au Parc floral de Paris du 9 au 17 juin 2012. Ce prix a été décerné à Monsieur Claude Désarménien pour "Le type Pasteur : France et pays sous mandat".

La remise de la médaille de l'Académie

Elle a eu lieu lors de notre réunion mensuelle du 4 décembre 2010.

Un extrait de la participation primée

Beaucoup de collections naissent d'une trouvaille, d'un fond de collection.... Cette collection est née de l'amitié : mon ami Georges Tixier me disait toujours : Claude tu devrais monter quelque chose sur le type Pasteur (il regrettait de voir disparaître peu à peu les collections dans cette classe)...

Le temps est passé, et un jour quelques amis ont eu l'idée de m'offrir un fond de collection pour l'anniversaire de l'association : ils me mettaient « gentiment » dans l'obligation de continuer... C'est simple et c'est beau... Je me dois de les remercier tout en ayant une pensée pour mon ami Georges Tixier.

Il n'y a pas dans le type Pasteur des pièces « rares » tout au plus des pièces « chères ».
J'ai voulu faire de cette exposition une présentation qui colle le plus possible à la « Traditionnelle » et qui soit agréable à regarder pour les visiteurs.

Il y a deux pièces auxquelles je tiens, entre autres, particulièrement : ce sont la lettre et la carte postale affranchies avec des timbres de carnet (petites pièces, mais très difficiles à trouver) et les deux galvanos du 1 f bleu deuxième partie du tirage (très difficiles à trouver) qui m'ont été offerts par un généreux japonais...

Claude Désarménien

La septième attribution (Paris-Vincennes, juin 2008)

Elle a eu lieu à l'occasion du "Championnat de France de philatélie" tenu au Parc floral de Paris du 14 au 22 juin 2008. Ce prix a été décerné à Monsieur Jacques Bonnet pour "L'Atlantique Sud - La ligne du Brésil à La Plata - Les paquebots : 1860- 1876".

La remise de la médaille de l'Académie

Elle a été effectuée lors de notre réunion publique de Souillac du 4 octobre 2008.

 

Un extrait de la participation primée

(résumé par l'auteur)

Dans bien des cas, l'envie de préparer une présentation tient à peu de chose : un événement, l'acquisition de quelques lettres trouvées dans une archive, etc.
Pour ma part, le point de départ fut un reportage diffusé sur une chaîne de télévision régionale. Le titre en était : « La Mémoire de Bordeaux ». Il relatait l'époque des grands paquebots qui quittaient Bordeaux au XIXe siècle (puis, plus tard le môle du Verdon aménagé spécialement en raison de la taille de ces derniers) en direction de l'Amérique du Sud. La nostalgie des « images sépia », et ces destinations lointaines me firent rêver...
Le décret impérial du 19 septembre 1857 approuve la convention signée avec la compagnie des Messageries impériales, pour assurer l'exploitation de la ligne postale vers le Brésil et La Plata.
Quatre Paquebots furent mis en service au départ de Bordeaux : "Guienne", "Navarre", "Estramadure" et "Béarn". Ce dernier, lancé à La Ciotat le 11 juin 1860, quitte Bordeaux le 25 septembre 1860 pour un voyage qui durera 25 jours et 11 heures.

Quelques lettres pour illustrer cette passionnante recherche...

Un voyage du paquebot "Béarn" Lettre de Bordeaux à destination de Buenos-Ayres (Argentine) déposée à bord du Béarn.3e échelon de poids, affranchissement à 2,40 fr.(empire 80 c dentelé carmin foncé x 3)Timbre à date BÉARN / * / 25 JANV. 1864 et oblitération losange « ancre »de l'agent des postes du paquebot.Tarifs postaux avec l'Argentine et l'Uruguay d'août 1860, circulaire n°185:80 c par 7,5 g pour les lettres et 12 c par 40 g pour les imprimés.
Un voyage du paquebot "Carmel" Lettre de Bordeaux à destination de Saint-Louis (Sénégal) déposée à bord du Carmel.1er échelon de poids, affranchissement à 50 c (empire dentelé 10 c bistre et 40 c orange).Timbre à date CARMEL / * / 25 AVRIL 1865 et oblitération losange « ancre »de l'agent des postes du paquebot.Tarif du 1er janvier 1864 pour le Sénégal et Gorée : 50c par 10 g.
Le 3e voyage du paquebot "Saintonge" entre Rio de Janeiro et Buenos-Ayres Lettre remise par l'agent des postes à terre de Montevideo à l'escale du paquebot Saintongeà destination de Buenos-Ayres (Argentine).Timbre à date à fleuron URUGUAY /*/ 2 MARS 62, oblitération « ancre noire »,timbre PP de l'agent des postes français de Montevideo.3e échelon de poids, affranchissement à 1,20 f (40 c x 3 empire). Tarif du 1er septembre 1860, circulaire n°185 : 40 c par 7,5 g
Du Portugal à Bordeaux par paquebot français Affranchissement à 80 reis oblitéré de Lisboa et timbre PD. Timbre à date de provenance de l'agent des postes du paquebot Sénégal de la ligne J du 3 décembre 1873 apposé à la prise en charge à Lisbonne.Timbre à date d'entrée Portugal/Bordeaux du 6 décembre apposé à l'arrivée à Bordeaux.Tarif du 1er septembre 1866- Circ. n° 480- Convention postale avec le Portugal 40 c ou 80 reis par 10 g -

Bibliographie :
1. « Encyclopédie de la Poste Maritime », Raymond Salles : Vol. 3 « Les Paquebots de l'Atlantique Sud », 1963.
2. « Les tarifs postaux français » J.-P. Alexandre, J.-F. Brun, G. Desarnaud : Vol.1 « 1627-1969 », 1982.
3. « Monographie postale du département de la Gironde », D. Rey, 1983.
Une pensée toute particulière à mes amis et maîtres de toujours : A. Cheze, P. Ferradou, J. Lambert, P. Morillon et W. Tapie.

La sixième attribution (Poitiers, juin 2007)

Elle a eu lieu à l'occasion du "Championnat de France de philatélie" tenu à Poitiers du 15 au 17 juin 2007. Ce prix a été décerné à Monsieur Daniel Georgel pour "Lettres de France à destination de l'étranger (1854-1863)".

La remise de la médaille de l'Académie

Le Président Robert Abensur (à droite) et Monsieur Daniel Georgel (10 novembre 2007)

Un extrait de la participation primée

Lettre du Havre du 16 février 1856 pour Valparaiso (Chili), affranchie à 4,20f au 2ème échelonpar 8 timbres à 40c, 1 timbre à 20c et 1 timbre à 80c Empire non dentelé.Tarif du 1.08.49 selon la circulaire n° 14 du 23juillet 1849 ; c'est le tarif pour les parages des Mers du Sud par voie d'Angleterre et de Panama par le paquebot anglais de la R.M.S. P. Company,ensuite de Panama à Valparaiso par paquebot anglais de la P.S.N. Company.Port payé jusqu'au port de débarquement.A l'arrivée taxe chilienne de 25 centavos (5 centavos + 2 ports intérieurs chiliens de 10 centavos).
Lettre de Paris (bureau de quartier D, rue sainte Cécile) du 31juillet 1862 pour San José (Costa Rica) affranchie à 1,20f au 1er échelon.Tarif pour la Côte Occidentale de l'Amérique du Sud suivant la circulaire n° 33de décembre 1856 (le 1er décret concernant les lettres pour 1'Amérique Centralen'interviendra qu'en 1865). Voie d'Angleterre et de Panama :paquebot anglais de la R.M.S.P Company de Southampton à Colon. Taxe de 4 réales pour le trajet de Panama à San José.

La cinquième attribution (Paris-Vincennes, juin 2006)

Elle a eu lieu à l'occasion du "Salon du timbre et de l'écrit" tenu au Parc floral de Paris du 17 au 25 juin 2006. Ce prix a été décerné à Monsieur Alain Trinquier pour "Les tarifs de la lettre territoriale en France de 1792 à 1848".

La remise de la médaille de l'Académie

Le Président Robert Abensur (à droite) et Monsieur Alain Trinquier (11 novembre 2006)

Un extrait de la participation primée

Pli non daté de Bonn (Rhin et Moselle) pour Mayence (Mont Tonnerre) taxé selon le tarif du 1er germinal an VIII (22 mars 1800).En effet, la taxe inscrite en francs et la marque rouge de Bonn signalée après 1801 conduisent soit à ce tarif, soit à celui du1er thermidor an 10 (20 juillet 1802). Cependant ce dernier est à exclure car le poids indiqué (2406 grammes) conduirait à une taxe de72,50 francs ! Dans le tarif du 1er germinal an VIII, appliqué dans toute la République le 1er vendémiaire an IX (22 septembre 1800),un poids de 2406 grammes correspond au 104ème échelon de poids qui va de 2390 à 2420 grammes : 20 échelonsjusqu'à 100 grammes (de 5 en 5 grammes), 10 échelons de 100 à 200 grammes (de 10 en 10 grammes) et 74 échelonsde 200 à 2420 grammes (de 30 en 30 grammes). Mais le taxateur a commis une erreur : la taxe indiquée de 26,40 francs correspondau 103ème échelon de poids et est égale à 88 fois la taxe de la lettre simple (3 décimes pour un parcours de 100 à 200 kilomètres).
Lettre de Gournay (Seine-Maritime) pour Bandol (Var) du 15 germinal an IV (4 avril 1796) au tarif du 6 nivôse an IV (27 décembre 1795).La taxe de 10 livres correspond au port d'une lettre de moins de ½ once pour une distance (calculée de point central de départementà point central de département) supérieure à 150 lieues.La lettre a été expédiée à Toulon alors que Bandol était desservi parLe Beausset ; elle porte donc au dos la marque DEB. DE TOULON.
Grande lettre de Thorigny, localité desservie par le bureau de Villeneuve l'Archevêque,pour Varcès (Isère) du 8 septembre 1843 au tarif du 1er janvier 1828.La lettre pesant de 130 à 135 grammes, elle a été taxée à 9,80 francsc'est-à-dire 27 fois la taxe de la lettre simple de moins de 7,5 grammes.On notera la lettre-timbre G de la boîte rurale de Thorigny et au versola marque cursive 37/Pont de Claix du bureau de distribution desservant Varcès.

La quatrième attribution (Nancy, mai 2005)

En l'absence d'Exposition Philatélique Nationale, il n'a pas été attribué de "Prix philatélique de l'Académie" au titre de 2004.

C'est à Monsieur Antoine de Loisy que fut attribué le "Prix Philatélique 2005" de l'Académie de philatélie, pour "La colonisation du Tonkin au XIXe siècle".

La remise de la médaille de l'Académie

Le Président Robert Abensur (à gauche) et Monsieur Antoine de Loisy (6 mai 2005)

Un extrait de la participation primée (cachets provisoires du Tonkin)

Lettre recommandée de Dap-Cau pour la France :40c Sage colonial et 10c Dubois oblitérés cachet de franchise ("Tonkin / corps Expéditre") 13 juillet 8 (= 1885)+ cachet administratif du bureau de Dap-cau.Tous deux ont servi de cachets provisoires(bureau non prévu au programme de postalisation)en attendant, de métropole, le modèle définitif.
Entier postal 15c + paire de 5c Dubois pour la Lorraine annexée,oblitérés cachet double cercle (fabrication locale) "Kesat / Tonkin"et date manuscrite 12/12/88, quelques jours avant la fermeture du bureau.Cachet de modèle spécial avec fleurons (inhabituel).Kesat est le seul bureau à n'avoir jamais eu de cachet définitifaprès ce provisoire (1 autre lettre connue, en franchise, de 1887)

La troisième attribution (Mulhouse, juin 2003)

C'est à Monsieur Jean-Jacques Labonne que fut attribué le "Prix philatélique 2005" de l'Académie de Philatélie, pour "Les oblitérations typographiques des journaux", présentation qui a ensuite été récompensée d'une médaille d'or avec prix spécial par le Jury de l'Exposition.

La remise de la médaille de l'Académie

Le Président Robert Abensur (à gauche) et Monsieur Jean-Jacques Labonne (7 juin 2003)

Un extrait de la participation primée

Manchette du journal L'ESPOIR DE RETHEL du 6 Juillet 1877 2c. Sage marron type 2 oblitéré TYPO + 2c. Sage vert type 2 avec timbre à date RETHEL 5 juillet 1877

À noter que :

  • Le 2 centimes vert porte la trace de « l'abklastsch » c'est-à-dire le report, en miroir, du journal posé au dessus juste après l'impression.
  • Ce journal initialement affranchi pour le rayon limitrophe, soit 2 centimes (Sage marron oblitéré TYPO), a reçu un complément d'affranchissement pour le rayon général (Sage vert oblitéré timbre à date).
  • Le cachet à date du 5 juillet 1877, prouve qu'il s'agit bien d'un envoi de l'éditeur du journal.
  • Le tarif est celui du 1er août 1856 : 4 centimes pour les journaux politiques de moins de 40 grammes, à destination du rayon général.
  • « L'abklastsch » est bien visible sur les coins inférieur et supérieur du 2c vert.

Cette collection est en ligne sur le site de la FFAP dans la rubrique « présentation de collections ».

La deuxième attribution (Marseille, mai 2002)

Après délibération du Jury, le Président Robert Abensur a remis (dans le cadre du Congrès de Marseille) le Prix philatélique 2002 de l'Académie de Philatélie à Monsieur Jean Renard pour sa présentation "La Marianne de Béquet, témoin de l'évolution de la poste".

Le Président Robert Abensur (à gauche) remet sa médaille à Monsieur Jean Renard ( dimanche 19 mai 2002 )

La première attribution (Tours, juin 2001)

Après délibération du Jury, le Président Jean-François Brun a remis (dans le cadre du Congrès de Tours) le Prix philatélique 2001 de l'Académie de Philatélie d'une part à Monsieur Maurice Durrieu pour sa présentation "L'île Bourbon ou l'île de la Réunion" et, d'autre part, à Monsieur Guido Muller pour sa présentation "Les types Sage et Chaplain sur le courrier pneumatique de Paris (1879-1946)".

Les heureux "élus" (avec - à gauche - le Président Jean-François Brun)

Monsieur Maurice Durrieu ( lundi 4 juin 2001)
Monsieur Guido Muller ( dimanche 3 juin 2001)

et quelques extraits de leurs présentations...

Carte pneumatique 30c Chaplain avec complément de 10c
pour acheminement postal hors zone desservie par le service pneumatique
Enveloppe pneumatique 50c Chaplain dépassant 7 grammes
(1er échelon) avec taxe de 50c perçue sur récépissé
Extraits de la présentation de Monsieur Guido Muller "Les types Sage et Chaplain sur le courrier pneumatique de Paris (1879-1946)"
De Paris (7 octobre 1853) pour Saint-Denis
Tarif 1er juillet 1850 (voie française, 2ème échelon)(0,25 x2 ) + 0,10 (décime de mer) = 60 centimes
De Paris (7 octobre 1853) pour Saint-Denis
Tarif 1er juillet 1850 (voie française, 2ème échelon)(0,25 x2 ) + 0,10 (décime de mer) = 60 centimes
Extraits de la présentation de Monsieur Maurice Durrieu "L'Île Bourbon ou l'Île de la Réunion"